The Iceman

Je n'aime pasRichard Kuklinski est un bon père de famille. Avec sa femme, Deborah (Winona Ryder), et ses deux filles, Anabel et Betsy, il mène une vie rêvée que rien ne semble altérer. En apparence toutefois. Son secret ? Il est tueur à gage pour la mafia. L’histoire est vraie, elle découle de la véritable existence de Richard Kuklinski à qui on attribue plus d’une centaine d’exécutions dans le New York des années 70. Le tueur, surnommé «l’homme de glace», à cause de sa froideur ainsi que de par sa corpulence (1m95 pour 135kg) confessa ainsi, en 86, la double identité qui fût la sienne durant plus de trente ans. Un script de cinéma, manifestement, qu’on voyait bien tomber dans les mains d’un habitué du genre, façon Scorsese. C’est pourtant un parfait inconnu qui va remporter la mise : Ariel Vromen, réalisateur Israélien totalement inconnu dont c’est la troisième réalisation. De par son inexpérience, le cinéaste eu d’ailleurs beaucoup de mal à faire financer son projet auprès des producteurs. Une scène-test de Michael Shannon liquidant une cible dans un parc de Los Angeles finira par convaincre les investisseurs de lui faire confiance. Le choix reste surprenant, eu égard au reste du casting, très «scorsesien» : Ray Liotta, John Ventimiglia, Michael Shannon ; auquel s’ajoute des figures plus surprenantes : Chris Evans, Winona Ryder, David Schwimmer, Stephen Dorff.

Une composition surprenante, un cinéaste inconnu, des producteurs hésitants, un script en or, The Iceman, avant même de se dévoiler, circonspect déjà bien son monde en dépit de toute la curiosité qui peut l’entourer. Ce qui, dans la théorie, n’assure pas grand chose quand au résultat. Car concrètement, The Iceman est une déception.

Le choix du metteur en scène mettait déjà la puce à l’oreille, son travail sur le film confirme toute son inexpérience : académique, sans surprise, ultra figée, la réalisation est un sommet de ringardise. En somme, tout ce que devait éviter un récit comme The Iceman, où l’apport de la mise en scène, devant l’intensité et le climat attendu semblait primordiale afin d’assimiler les enjeux d’une telle dualité. De cette ambivalence, justement, rien ne sera approfondi, Vromen s’attachant davantage à coller des scènes les unes aux autres plutôt que de proposer sa propre vision du récit. Totalement impersonnelle, l’œuvre ne cesse de décevoir de par son incapacité à élever ses enjeux principaux : comment Kuklinski en est-il arrivé là ? Comment combat-il ses contradictions intérieures ? Demeure t-il un bon père, malgré ses actions ? Autant de questions qui trouveront des réponses évasives, à coup de flash-backs expédiés, de pétages de plombs mal amenés ou de dialogues surjoués. Ni subtilité, ni humour, ni originalité ne ressort de ce film de gangster aux airs de déjà vu qui emprunte ici et là sans se forger sa propre identité.

Finalement trop sérieux, malgré les hilarantes moustaches de Chris Evans et de David Schwimmer, The Iceman est en réalité un gros bolide contrôlé par un trop jeune conducteur. L’histoire, trop belle, a poussé Vromen à la sur-respecter, livrant une adaptation trop conventionnelle. Sanction immédiate : le film n’a pas d’âme. Ironie de la chose, il renvoie une certaine froideur, une grande austérité, à l’instar de son personnage principal, réputé glaçant. Un beau gâchis, au final, devant lequel, on vous aura prévenu, vous finirez de glace.

The Iceman : D’Ariel Vromen (2013)

Le film est disponible au téléchargement.
Mot de passe : nicolensois
D’autres films vous attendent en section Cinéma

Publicités

Une réponse à “The Iceman

  1. Je suis assez d’accord, ce film n’a pas d’âme. La séance m’avait parue très longue, je m’étais fort ennuyée. Là où il aurait pu être génial il n’est que froideur et sonne creux. Décevant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s