Quatre de l’espionnage

J'aimeBuddy movie avant l’heure, Quatre de l’espionnage est clairement un des Hitchcock les plus mineurs de sa filmographie. Alliant légèreté, humour, intrigue d’espionnage, le maître du suspens propose un scénario plus simpliste qu’à l’accoutumée : Edgar Brodie (John Gielgud), militaire britannique déclaré pour mort, est envoyé en Allemagne afin de démasquer un espion Allemand. Pour cela il est accompagné du Général (Peter Lorre, l’excentrique de service), un sud-américain vulgaire et sans scrupules, et Elsa Carrington (sublime Madeleine Carroll), qui se fait passer pour son épouse. Dès les premières minutes on croit à la comédie, Peter Lorre gesticule dans tous les sens, aboie son horrible accent, il est la caution comique du métrage. Carroll la caution sensualité et romance, John Gielgud celle du sérieux, de l’agent secret qui prend son rôle au sérieux. Les status sont bien définis, en cela le film reste peu surprenant, chacun apportant sa pierre à l’édifice au sein d’un projet peu ambitieux mais plutôt agréable. En résumé c’est court (1h25), drôle, assez basique scénaristiquement mais plaisant à suivre, notamment grâce à l’explosive dernière demi-heure. Un Hitchcock qui s’oublie assez vite en définitive.

Quatre de l’espionnage : D’Alfred Hitchcock (1936)

Le film est disponible au téléchargement.
Mot de passe : nicolensois
D’autres films vous attendent en section Cinéma

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s